samedi 19 août 2017

Pourquoi la Tradition ?

Kyrie Eleison DXXVII ( 19 août 2017 )

Pouvez-vous, s’il vous plaît, résumer le Concile ? 

– L’homme remplace Dieu. Et voilà, c’est facile !


Une des vraies raisons pour laquelle la Fraternité Saint Pie X est en train de « perdre sa saveur » (cf. Mt. V, 13) vient de ce que toute une génération de catholiques Traditionalistes grandissent sans savoir pourquoi ils sont Traditionalistes. Or, un catholique voulant garder la foi, ne doit-il pas savoir pourquoi il doit suivre la Tradition ? Dans toute l’histoire de l’Église catholique, le Concile Vatican II a sans doute été le théâtre de la plus violente agression contre la Tradition. Il est donc fort utile d’examiner le résumé en dix points du nouvel enseignement de Vatican II que l’on trouve dans une encyclopédie moderniste (Harper Collins, 1995). Nous avons là, pour chaque point, un bon condensé des erreurs de Vatican II. Ci-après, voici en italique, les dix points modernistes, suivis de la trame succincte de leur réfutation.

1 En premier lieu, l’Église est un mystère ou un sacrement ; elle n’est pas, avant tout, une organisation ou une institution. « Mystère » et « sacrement » sont ici des termes délibérément vagues pour permettre de diluer la notion de structure de l’Église. Pourtant, Notre-Seigneur n’a-t-il pas clairement institué Pierre afin qu’il dirige ses apôtres et ses disciples pour le salut des âmes ? Pierre est pape ; les épîtres de saint Paul indiquent bien que les apôtres deviennent évêques et que les disciples accèdent à la prêtrise.

2 L’Église est constituée de tout le peuple de Dieu, et pas seulement de sa hiérarchie, clergé et religieux. Bien sûr, l’Église catholique comprend tous les catholiques, laïcs comme prêtres, mais les prêtres en sont la colonne vertébrale, ou la structure.

3 La justice et la paix font partie intégrante de la mission de l’Église, qui ne saurait se limiter à la prédication de la Parole et à la célébration des sacrements. La doctrine et les sacrements sont les moyens fondamentaux par lesquels l’Église catholique a contribué, plus que n’importe quoi ou n’importe qui d’autre, à la justice et à la paix dans le monde.

4 L’Église englobe tous les chrétiens et ne se borne pas à la seule Église catholique. Les « chrétiens » non catholiques ne peuvent jamais être d’authentiques chrétiens, dans la mesure où, pour ne pas être catholiques, ils doivent rejeter une partie plus ou moins grande de ce que Notre-Seigneur a institué.

5 L’Église est une communion, ou un collège, d’églises locales, lesquelles ne sont pas simplement des divisions administratives de l’Église universelle. Le chaos régnant aujourd’hui dans les « églises locales » du monde entier, prouve éloquemment qu’elles doivent être universellement unies et administrées sous le gouvernement – sage – d’un Pape à Rome.

6 L’Église est une communauté eschatologique ; elle n’ est pas encore complètement le Royaume de Dieu. Partout où les âmes sont en état de grâce, Dieu est roi, non seulement dans le ciel, mais déjà ici-bas sur la terre.

7 L’apostolat des laïcs est une participation directe à l’apostolat de l’Église, et pas seulement une mission que la hiérarchie se chargerait de partager avec eux. De même que le corps humain a besoin à la fois du squelette et de la chair, de même le corps mystique de l’Église a besoin à la fois du clergé et des laïcs (cf. I Cor. XII). Les erreurs opposées (cléricalisme et laïcisme) proviennent de ce qu’on exagère le rôle de l’un ou de l’autre. L’Église a besoin des deux.

8 Il existe une hiérarchie des vérités ; tous les enseignements de l’Église ne sont pas équivalemment contraignants ou essentiels à l’intégrité de la foi catholique. Seules les vérités non dogmatiques peuvent être classées par ordre d’importance. En revanche, les dogmes catholiques sont tous au même rang absolu, parce que nier un seul d’entre eux revient à nier l’autorité de Dieu, soutien essentiel à tous les dogmes.

9 Dieu utilise d’autres églises chrétiennes, voire des religions non chrétiennes pour le salut de toute l’humanité ; l’Église catholique n’est pas le seul moyen de salut. A chaque homme vivant, Dieu offre des grâces suffisantes à son salut. Celles-ci peuvent bien venir à des hommes se trouvant dans des religions non chrétiennes ou dans des « églises » non catholiques, mais elles ne peuvent jamais venir autrement que par Jésus-Christ et par son unique Église catholique.

10 La dignité de la personne humaine et la liberté de l’acte de foi sont le fondement de la liberté religieuse pour tous. Cela réfute le principe que « l’erreur n’a pas de droits ». Le catholicisme étant la seule religion véritable, la seule vraie liberté religieuse est la liberté d’être catholique. L’erreur, en effet, n’a aucun droit.

Kyrie eleison.

vendredi 18 août 2017

Le Sel de la Terre n°101

Le dernier numéro du Sel de la Terre vient de paraître.  Espérons que le sommaire ci-dessous vous incitera à le commander, le lire, l'étudier ... 




ÉDITORIAL 
Le problème de la reconnaissance canonique

ÉTUDES
★ Frère PIERRE-MARIE O.P. : Bref examen critique de Unitatis redintegratio
★ Guibert DE GORZE : La subversion religieuse au concile Vatican II (IV)
★ Frère LOUIS-MARIE O.P. : D’où vient cette religion sans nom ?

VIE SPIRITUELLE
★ Frère MARIE-DOMINIQUE O.P. : Saint Dominique et la fondation de l’Ordre des Prêcheurs (III)

CIVILISATION CHRÉTIENNE
★ Martial FRANÇOIS : La contrerévolution en Algérie (1954-1962)

LES GRANDES HEURES DE LA TRADITION
★ LE SEL DE LA TERRE : L’histoire bégaye
★ Louis-Marie MUEL : Histoire d’une œuvre d’excellence : la Cité catholique

LECTURES
★ DOCUMENTS :
Quoi de neuf sur Luther ?
MAUBERT : Nouvelles de Rome :
– Rome n’a-t-elle pas changé son attitude ?
– Pouvons-nous accepter une reconnaissance canonique ?
★ RECENSIONS : Apprendre à penser à l’école du réel Les juifs de Luther La Réforme, cette Révolution Lucie ; Jacinthe ; François Fatima, le message pour notre temps Le conte du triolet Princesse et combattante
★ PARMI LES LIVRES REÇUS
★ INFORMATIONS ET COMMENTAIRES :
A propos des mariages
Repentance à Montségur ?

Pour commander : 
 
http://www.dominicainsavrille.fr/le-sel-de-la-terre-n101/

Des nouvelles du Gabon

M. l'abbé Pierre Célestin Ndong Ondo nous transmet quelques photos de la jeunesse de sa chapelle lors d'une journée récréative en juillet dernier.



jeudi 17 août 2017

Contra Cekadam

M. l'abbé Chazal vient de publier récemment un livre à caractère politique ( "La cité oubliée", aux éditions saint Agobard)  pour nous donner les bons principes qui nous aideront à retrouver et comprendre l'ordre social voulu par Notre-Seigneur et à le  reconstruire chacun à notre niveau.


Aujourd'hui, M. l'abbé Chazal nous propose de découvrir son étude sur la question de la vacance du pape. L'abbé publiera cette étude en plusieurs parties en raison de la longueur de l'étude. Aujourd'hui, dans son introduction, il nous expliquera pourquoi il a entrepris cette étude.









 Chers fidèles,


Depuis longtemps, beaucoup d'entre vous demandent une étude poussée sur le sédévacantisme, qui menace de plus en plus nos cercles étant données les Frasques du Pape François.

La position de Mgr Lefebvre n'a rien perdu en sagesse, et n'est qu'un rappel de la Loi Divine qui nous commande de nous séparer de l'hérésie, au lieu de perdre nos énergies et morceler ce qui reste du troupeau en disputes sans fin. Nous voyons bien à quel point la vigne put croître avec lui, sans trop de querelles, jusqu'à ce que Mgr Fellay remette en cause la nécessaire séparation d'avec les hérétiques, sous prétexte que nous leur reconnaissons encore une certaine juridiction, que ce petit travail permet de préciser je l'espère. 

 
Comme vous le verrez, le sédévacantisme est simple de prime abord, mais c'est une vraie boîte de Pandore, un ajout de problèmes nouveaux et interminables, et reste une question d'une telle complexité que même les plus grands théologiens de l’Église n'ont jamais pu formuler une opinion unanime sur ce sujet. 

Continuez à rester séparés de l’Église Conciliaire, et soyez certains que c'est le Christ, pas nous, qui se prononcera effectivement et décisivement sur les occupants actuels du Siège de Pierre. Ipse est Caput Ecclesiae.

In Iesu et Maria,
Francois Chazal+







« Il est licite de résister au Souverain Pontife qui tente de détruire l’Église.  Je dis que c’est licite de lui résister en n’obéissant pas à ses ordres et en mettant obstacle à l’exécution de sa volonté. »
Saint Robert Bellarmin De Romano Pontifice, Lib II, c. 29



CONTRA CEKADAM

Abbé François CHAZAL mcspx, 2017

·       Introduction : Le sédévacantisme et Fatima
·       I. Les théologiens
·       II. Les canons
·       III. Les Papes
·       IV. Saint Thomas
·       V. La Sainte Ecriture
·       VI. L’histoire
·       VII. Le bon sens
·       Conclusion


« En raison des erreurs et des hérésies mentionnées plus haut et les innombrables autres, je me détourne de l’obédience du faux Pape … en raison de ses erreurs et hérésies, le même pseudo Pape est hérétique, destitué de sa papauté et excommunié par le Droit Canon lui-même sans besoin de plus de jugement. »
Guillaume d’Ockham, Tractatus de Successivis



INTRODUCTION
En 2015, comme je discutais sans fin avec lui, un sédévacantiste japonais m’a dit d’écrire à son mentor.  Voici cette lettre :

Révérend Père,
L’une de mes brebis perdue est japonaise, totalement  éloignée des sacrements, non seulement en raison du sédévacantisme, mais en raison de ses effets collatéraux,  parce qu’il met maintenant en doute la validité de l’ordination en 1967 du Père Nariai, notre prêtre sur place, raisonnement typique de vos disciples.  A son tour l’abbe Nariai tomba dans le sédévacantisme, et renvoya l’ ascenseur, puisque en vertu de la secte conclaviste du pape secret du Texas, et de la théorie Lienard, vous, l’abbé Cekada, n’êtes même pas prêtre. D’autres brebis se trouvent entraînées dans l’idée que plus rien n’est valide dans l’Église Catholique ; il vaut mieux rester à la maison avec le Chapelet et un acte de contrition.

Dans cette situation actuelle confuse de l’Église, le sédévacantisme ajoute seulement à la confusion et à la dispersion des brebis, qui tombent de la falaise à cause d’un faux raisonnement, de  l’omission d’une distinction théologique, ou en raison de l’extrapolation d’un texte par-dessus d’autres textes.  Je ne vais donc pas mener mes brebis par ce chemin errant, ni parmi ses nombreuses antinomies. Il aurait été beaucoup plus sûr de dire aux fidèles juste de se tenir éloignés des hérétiques et n’avoir rien à faire avec la nouvelle Rome, qui devient de moins en moins comparable à la Rome supplantée lors de Vatican II.  Je vais juste parcourir trois antinomies flagrantes.

FATIMA EST SEULEMENT ÉDIFIANT

Pour un sédévacantiste, Fatima ne convient pas, parce que la solution de Fatima est aux mains d’un Pape qui accomplira les demandes du Ciel.  Il ne suffit pas de dire que Fatima est une révélation privée pour la repousser sous le tapis des choses pieuses, parce que ce genre de révélation est publiquement approuvé par l’Église (Lourdes, Fatima), sont confirmées par beaucoup de miracles publics (Lourdes et la rue du Bac), spécialement Fatima avec cet éminent miracle devant 70 000 témoins, aurore rouge, etc.  


Ces révélations spéciales sont aussi liées à d’importants événements publics comme l’avènement de la franc-maçonnerie (Quito), la révolution de 1830 (Rue du Bac), la guerre de 1870 (Pontmain) et évidemment les trois guerres mondiales et le communisme (Fatima).  Elles sont en effet en lien avec des sujets dogmatiques, comme le « Que soy era la Immaculata Conceptiou » en 1858 et cela inclut l’ecclésiologie (Quito, La Salette) et la Papauté.  Remarquez que les révélations vraiment privées de Dom Bosco confirment le rôle du Pontife romain après quelques moments vacillants !  A Fatima, la Papauté joue le rôle principal, avec la pauvre sœur Lucie essayant de persuader, en vain, Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II.  Le Cardinal Ratzinger enterra littéralement le message en 2000 et François s’en moqua en 2012.  C’est le Novus Ordo qui ne veut pas que la vérité de Fatima soit rendue publique et pendant tout ce temps-là, Fatima se déroule parmi trois châtiments de l’humanité.  Donc non, Révérend Père, il n’y a vraiment rien de seulement édifiant à ce propos.

Ce qui est merveilleux à Fatima, c’est que cela concerne le destin des nations, le destin de la Papauté et le dogme de la Foi.  Quand c’est édifiant, c’est aussi terrible, comme la vision de l’enfer par les trois enfants.

C’est pourquoi je pense que vous jetez le discrédit sur votre propre position par cette vidéo sur You Tube, minimisant et séparant Fatima de l’ecclésiologie.  Fatima est rejeté par la nouvelle église parce que cela ne correspond pas à leur ecclésiologie, n’est-ce pas ?  Cela va directement contre « Dignitatis Humanae » en demandant qu’un état-nation soit consacré au Cœur Immaculé de Marie, présentant nos Papes actuels comme mauvais dans ce processus, ce qui, évidemment, ne vous intéresse pas, puisque, dans votre ecclésiologie, il n’y a plus de pasteur, alors qu’en réalité, le pasteur a été frappé.

François Chazal  +

Fort heureusement, l’abbé Cekada a répondu :

" « La lettre ouverte » de l’abbé Chazal sur le site True Trad est simplement incohérente, et ne contient aucun argument théologique perceptible.  L’abbé Chazal n’aime pas ce que j’ai dit au sujet de Fatima, et croit que sa compréhension personnelle de Fatima « réfute » d’une certaine manière le sédévacantisme.
La raison pour laquelle l’abbé Chazal suit cette direction est que la position qu’il a prise de « reconnaître et résister » aux faux-papes de Vatican II ne peut être conciliée avec les principes classiques de l’ecclésiologie traditionnelle qui enseigne qu’un catholique doit se soumettre en matière de doctrine au Pontife romain.
Pour défendre son complet rejet de ces principes, l’abbé Chazal doit se tourner vers son interprétation privée de révélations privées, dont rien ne peut servir de base correcte à un argument théologique.
J’ai, à plusieurs reprises, présenté l’argument en faveur du sédévacantisme, citant texte après texte de théologiens catholiques pour appuyer ma conclusion.  L’abbé Chazal, produit typique de la FSSPX, ne présente rien, si ce n’est une onomatopée hystérique, couverte d’un masque de piété béate.
Laissons-le parcourir mon article « Traditionalistes, infaillibilité et le Pape » ou « Résister au Pape, sédévacantisme et église de François » et qu’il me réfute point par point, citant des théologiens d’égale valeur que ceux que j’ai cités.
Jusqu’à ce moment, ceux qui lisent les commentaires de l’abbé Chazal sur le sédévacantisme  devraient savoir qu’il ne produit que des balivernes. 
Libre à vous de poster cette lettre partout où cela vous convient."
Abbé Anthony Cekada



Cher abbé Cekada,
Je vous remercie de ne pas répondre à mon argument, à savoir que Fatima est un événement public en présence d’au moins 70 000 témoins, publiquement approuvé par l’Eglise comme « Un grand signe du Ciel » (Apoc. XII), et concernant le destin des nations dans les mains d’un  PAPE.
C’est pourquoi je suis allé sur « CathInfo » et « ArchibishopLefebvreForum » et j’ai essayé de trouver le meilleur argument sédévac.  Ce fut difficile parce que pour la plupart d’entre eux, ces réponses ont dévié vers des questions secondaires ou des détails à propos « des erreurs de la Russie ».  Le meilleur que j’ai pu trouver est celui-ci : « Oui, il n’y a pas de Pape pour le moment, mais lorsque ce sera nécessaire, on aura un Pape et la consécration de la Russie. »   A mon avis, c’est la position du CMRI. Mais cela signifie que le Ciel a demandé quelque chose d’impossible à réaliser depuis 57 ans (1958 – 2015) ; que Sœur Lucie (Réelle (Père Gruner)/fausse (M.A.Horvat)) s’est trompée en suppliant Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II.


M. Poutine a demandé au Pape François de faire la consécration.  En réalité, n’a-t-il personne vers qui se tourner pour obtenir la conversion de son pays ?


Je ne vais pas développer la croyance risible que Pie XII aurait réalisé la consécration avec succès (St Benedict Center).  Sufficit.

Il est intéressant de remarquer que mes « onomatopées hystériques » ressemblent à votre opuscule « Traditionalistes, Infaillibilité et le Pape » : une induction.  On accumule des faits particuliers pour en déduire, par induction, une vérité : Notre-Dame utilise un Pape (mes onomatopées) /  Il n’y a pas de pape (votre opuscule).

Une induction est fausse ou un sophisme, si elle exclut ou oublie de mentionner des faits particuliers contraires.  Et c’est particulièrement un sophisme lorsqu’on laisse de côté une majorité de faits. 
Vous soutenez, Monsieur l’abbé, qu’il n’y a pas « de théologiens d’égale valeur à ceux que je cite », pour mieux, dire vous nous lancez le défi de vous en fournir, avec le grand toupet, avec cette grande confiance théologique en soi qui est tellement typique du sédévacantisme dogmatique…  Et beaucoup ont été conduit à croire que c’est réellement le cas ;  à savoir, que la grande majorité, non, l’unanimité des théologiens, canonistes, experts et spécialistes d’ecclésiologie donnent tous des arguments favorables à la destitution immédiate et ipso facto d’un Pape hérétique sans prononcé de sentence.  A la lumière de la vaste quantité  de preuves contraires,  je vous concède notre immense négligence dans le passé.

Ainsi, comme votre opuscule l’indique, la question de la perte automatique de la charge est l’axe principal de vos efforts ; mais je vais aussi utiliser cette occasion pour évaluer votre doctrine de sédéprivationisme et autres nuances des arguments sédévacantistes.  Mais si vous avez changé, à nouveau, de position, cela ne nous surprendra pas.  D’ores et déjà, ne nous blâmez pas de réfuter vos précédents systèmes parce que des esprits innocents sont encore affectés par vos erreurs passées.
Sur la question du magistère, comme Mgr Sanborn, vous encapsulez tout dans l’ infaillibilité ; ignorant l’extension réelle des objets secondaires de l’infaillibilité, qui, hélas, n’a pas été définie par Vatican I, faute de temps.   S’il n’y a aucun lien avec l’enseignement constant à travers le temps et le lieu (d’où le terme « universel »), il n y a pas de Magistère Ordinaire et Universel tout simplement. Et le même vaut pour les lois infaillibles, qui ne le sont que si elles sont 
1) Universelles 
2) Obligatoires 
3) A caractère Dogmatique.
 En conséquence vous n’arrivez pas à expliquer de façon crédible ce qui s’est passé avec la nouvelle Semaine Sainte du Cardinal Bunigni, sous Pie XII.

Pareillement, votre théologie sacramentaire par « sic et non » a conduit de nombreuses  familles loin des sacrements, au moins ici en Asie. Votre volte-face sur la validité des sacres Thuc (que vous mettiez en doute jadis dans votre amusant titre « Deux évêques dans chaque garage »), montre que les sacrements ne deviennent pas invalides aussi facilement que cela. 
Sur la question du Magistère, d’autres que moi, et l’abbe Calderon en particulier, ont beaucoup mieux parlé que moi. Tout ce que je veux faire ici, c’ est montrer que les sédévacantistes s’enferrent d’abord dans une conclusion, puis écartent, ignorent, condamnent tout ce qui ne rentre pas dans leur petite boîte.  En conséquence les deux question essentielles sont les suivantes :
-1. Le sédévacantisme est-il une opinion ou une obligation ?
-2. Si c’est une opinion, est-elle correcte ?

Ayant confiance que vous prendrez soin de répondre, et si vous le faites vraiment, je vous demande de rester sur le sujet car, trop souvent, les sédévacantistes se tournent vers d’autres aspects au lieu de répondre à l’argument précis, au point exact qui leur est opposé.
Je suis heureux de voir que vous souhaitez aller « point par point » et voyons si vous respectez le menu à sept plats auquel je vous invite …
·        I. Les théologiens (Première entrée – crudités)
·        II. Les canons (Deuxième entrée – soupe – première salade)
·        III. Les Papes  (Premier plat de résistance)
·        IV. Saint Thomas (Deuxième plat de résistance)
·        V. La Sainte Écriture (Troisième plat de résistance)
·        VI. L’histoire (Fromages et deuxième salade)
·        VII. Le bon sens (Desserts)
·        Conclusion (Confiseries – café – pousse-café)

En toutes choses, laissons servir les bons vins de la Charité, s’accordant parfaitement à la suite des mets, comme le dit le Cantique, « Ordinavit in me Caritatem », parce que j’entends par ailleurs que vous avez de bonnes qualités, spécialement le sens de l’humour, et votre santé ne semble pas bonne ces temps-ci.  Si vous ne vous fiez pas à mes arguments, ayez au moins confiance que je prie pour vous et tous les autres sédévacantistes de toutes tendances, et croyez que seulement quand Dieu restaurera la Papauté de sa splendeur, nous connaîtrons qui parmi vous est ou n’est pas un faux-frère.

François Chazal +




mardi 15 août 2017

Évolution des Tensions

Kyrie eleison DXXVI (12 août 2017)


La Frat s’est condamnée, en faisant fausse route.

Dès lors qui gardera la foi, coûte que coûte ?


Que devient la Fraternité Saint-Pie X, depuis le printemps et le début de l’été ? De fortes tensions s’étaient alors manifestées, pour savoir si, oui ou non, des prêtres conciliaires devaient participer en tant que témoins officiels aux mariages dans la Fraternité. Pour faire court, les relations continuent d’être tendues entre les dirigeants de Menzingen, qui favorisent cette participation, et les autres, prêtres et laïcs, qui la proscrivent. On peut voir se dessiner une ligne de fracture séparant les disciples de Mgr Lefebvre et les partisans de Mgr Fellay. Une telle scission était inévitable à partir du jour où Mgr Fellay se mit à diriger l’œuvre de Mgr Lefebvre dans une direction différente de celle que suivait l’Archevêque

Mais, rien n’ébranle Mgr Fellay dans sa détermination de rallier la Rome conciliaire en éloignant Menzingen de la ligne tracée par Mgr Lefebvre. Tout récemment en France, un couple, qu’un prêtre de la Fraternité préparait au mariage, a refusé d’avoir affaire aux autorités conciliaires. Il n’en fallut pas d’avantage pour que le prêtre refusât de les marier. Il avait, de toute évidence, l’aval de ses supérieurs. Est-il possible de trouver des motifs rationnels expliquant un tel acharnement à détruire l’œuvre de Mgr Lefebvre ? Trois facteurs, parmi d’autres, peuvent y être en jeu.

Premier point, la Providence a choisi la Suisse pour que, dans un premier temps, elle serve de base géographique à la Fraternité. C’est pourquoi, ce pays a joui, au sein de cette Congrégation d’une importance et d’un prestige particulier. À l’heure actuelle, ses deux premiers dirigeants ne sont-ils pas des citoyens suisses ? Il en va de même de beaucoup d’autres prêtres. Or, il est connu que la Suisse est un pays d’ordre, ne serait-ce que par l’exemple de ses trains qui arrivent bien à l’heure. Or quand on est une Congrégation véritablement catholique, ne pas être reconnu par les autorités officielles, constitue un désordre, qui sera particulièrement ressenti par un peuple qui aime que tout soit en règle. Deuxième point, si Rome reconnaît un jour la Fraternité, ses prêtres pourront bénéficier du vaste champ d’apostolat dont ils rêvent. Et, troisième point, il peut sembler qu’il n’y ait pas d’autre solution aux graves tensions internes qui troublent une Congrégation bravant l’Église officielle, que de se ranger sous l’autorité de la Rome conciliaire – Mgr Fellay ne voulant pas entendre parler de solutions pré-apocalyptiques, telle que serait une intervention divine.

Répondons au premier point : pour un catholique, l’ordre suprême n’est pas l’ordre temporel de l’État, si désirable soit-il, mais l’ordre divin, aujourd’hui jeté à terre et piétiné par Vatican II. Quant au deuxième point : les modernistes peuvent, par nature, présenter toute l’apparence d’une « conversion », simplement parce que, pour eux, un fondement subjectif ne leur pose aucun problème. Mais cette position est si confortable que peu d’entre eux pensent à l’abandonner pour une conversion objective, impliquant la Croix. Comme l’a dit le père Vallet, un libéral ne se convertit pas. Enfin, troisième point : face aux problèmes gravissimes qui se posent aujourd’hui au monde et à l’Église, choyer le mensonge ne peut en rien servir de solution, même si le mensonge semble triompher. Penser le contraire trahit un grave manque de foi. Vraiment, la main du Seigneur serait-elle raccourcie parce que les hommes sont méchants (Isaïe L, 2, LIX, 1) ? Dieu sait exactement comment Il va balayer ce déluge de mensonges. Qui vivra verra. Mais en attendant, le Bon Dieu ne veut absolument pas que nous empruntions le chemin des menteurs !

Cependant il y a de bonnes nouvelles aussi : plusieurs prêtres et laïcs refusent résolument d’accepter les mensonges. Un lecteur de France me dit qu’un certain nombre de prêtres de la Fraternité ont été réveillés par le problème concret des mariages. Au grand dam de leurs supérieurs, la plupart des prêtres FSSPX, refusant les erreurs conciliaires, n’auront pas recours aux témoins conciliaires pour les mariages de la Fraternité. Trois des doyens rétrogradés ont fermement pris position par écrit contre ces témoins conciliaires, même après avoir fait l’objet de sanction. L’un d’eux vient même de critiquer vivement l’éventualité d’une Prélature personnelle, car ces deux questions sont liées, n’en déplaise à l’accablante déclaration du cardinal Müller de fin juin. Nous ne sommes en aucun cas « de nouveau à la case départ », comme le prétendait Mgr Fellay à cette époque. “Tel un mauvais chef d’entreprise aux abois “, déclare ce lecteur, “Mgr Fellay n’a plus la confiance de personne doté d’un cerveau en état de fonctionnement, y compris les plus respectueux.” Maintenant, ce qui importe, conclut notre lecteur, ce n’est pas de sauver la Fraternité dans son ensemble – cela tiendrait du miracle – mais de sauver autant de prêtres et de laïcs que possible de cette dégringolade qui emporte la Fraternité.

Kyrie eleison.

lundi 14 août 2017

Site Reconquista

Certains fidèles et prêtres nous ont écrit pour demander quelques
éclaircissements au sujet des publications et du responsable du site Reconquista. Nous leur donnons bien volontiers quelques explications :

Le site Reconquista existe depuis le début de la crise déclarée de la Fraternité en 2012. Le site a été fondé par un courageux fidèle français de la tradition. Le but de ce site était ( et demeure)  de donner toutes les informations majeures de la Fidélité Catholique dans le monde entier. Ce travail énorme et providentiel a pu permettre à de très nombreux fidèles de ne pas se sentir seuls dans leur chapelle à réagir à la nouvelle politique de Mgr Fellay. Un ordo a même été créé pour indiquer aux fidèles perdus une issue pratique à la crise.

Rapidement et logiquement, ce fidèle a senti la nécessité d'appuyer  ses publications sur une autorité ecclésiastique. C'est dans cet esprit que les abbés Salenave et Chazal ont collaboré pour donner à ce site une voix plus sacerdotale.

La charge de ce site étant trop lourde pour ce fidèle, la direction de la publication en est revenue depuis un an à M. l'abbé Salenave  qui assure, autant qu'il le peut et avec l'aide de collaborateurs laïques, le suivi des publications. Pour assurer la fidélité catholique des publications de ce site, ce dernier ne publie que ce qui est conforme à l'enseignement des quatre évêques de la Fidélité; autrement dit, ce site entend rester dans la ligne prudentielle donnée par Mgr Lefebvre aux évêques en 1988 pour rester fidèle à la Tradition.

Ce site publie donc diverses études qui peuvent être rédigées par des prêtres ( parfois de façon anonyme en raison de la crise) ou par des laïcs qui possèdent un bon bagage culturel catholique,  une formation et une pratique antilibérales. Ce site n'entend pas être le site exclusif de la Fidélité Catholique et nous nous réjouissons que d'autres publications, fidèles à la ligne de Mgr Lefebvre, puissent aussi défendre avec ce site le trésor de la Foi .

Nous remercions avec retard et aussi par avance toute collaboration par la plume et surtout par la prière pour que la voix de la Fidélité Catholique puisse continuer à retentir à travers le monde francophone.

Le directeur de la publication,
Abbé Matthieu Salenave



dimanche 13 août 2017

Des nouvelles de M. l'abbé MORGAN

 Vous trouverez ci-dessous la traduction d'un message de M. l'abbé Girouard à ses fidèles.






Chers paroissiens et amis,

Je viens juste de recevoir un email contenant une copie de l'email de l'abbé Gérard Rusak aux fidèles de la FSSPX de BC.  L'abbé Rusak donne le texte de la déclaration officielle de l'abbé Couture à propos de la décision de l'abbé Morgan de quitter la FSSPX.  Vous en trouverez la copie ci-dessous.

Remercions Dieu d'avoir donné la lumière et la force à l'abbé Morgan, et prions que beaucoup plus de prêtres suivent son exemple. (On dirait que la Colombie Britannique a la grâce spéciale pour révéler les prêtres de la Résistance ! )

Si l'intention de l'abbé Couture, quand il a nommé l'abbé Morgan à Langley, était de récupérer nos paroissiens résistants, cela s'est retourné contre lui de manière spectaculaire !  Dieu est une meilleur stratège que tout être humain, aussi adroit qu'il puisse penser qu'il est !


 Mail de l'abbé Rusak :

Chers fidèles,

Voici la déclaration du supérieur de district de la FSSPX au Canada, l'abbé Daniel Couture, concernant notre précédent Prieur, l'abbé Paul Morgan, qui a annoncé sa "démission de la FSSPX" cette semaine :

J'ai une triste nouvelle à vous annoncer aujourd'hui :

Malgré tous nos efforts pour le convaincre de rester avec nous, l'abbé Morgan nous a annoncé, par email, ce 10 août, sa décision de quitter le FSSPX.  Donc il ne retournera pas en BC et nous devrons réorganiser notre apostolat en conséquence, au mieux, selon nos moyens.

Gardons dans nos prières tous ces prêtres qui nous quittent d'une manière ou d'une autre.

Veuillez continuer à prier spécialement pour tous les prêtres de la FSSPX qui vous desservent actuellement.

samedi 12 août 2017

Le séminaire d'Avrillé s'agrandit !

Petit aperçu des travaux réalisés dans la nouvelle maison qui accueillera les nouveaux séminaristes et les deux nouveaux prêtres.  Espérons que les travaux puissent s'achever avant la fin du mois de septembre. 




vendredi 11 août 2017

Message de Dom Thomas d'Aquin reçu ce 11 août


Chers amis et bienfaiteurs,


Nous vous envoyons ce message pour vous dire notre gratitude pour l'aide que vous donnez continuellement à notre monastère. Sans votre assistance, nous ne pourrions pas soutenir notre vie monastique, ni notre apostolat, ni notre école. C'est grâce à vos prières et vos généreux dons que notre monastère se maintient.

Confiants encore en votre charité chrétienne, nous profitons de cette occasion aussi pour solliciter de nouveau votre précieuse aide, car nous traversons en ce moment quelques difficultés financières sérieuses.


Que le Bon Dieu vous bénisse et Notre-Dame de Fatima, en ce centenaire de ses apparitions, vous récompense abondamment.



« Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.» (Matthieu XXV, 40)


+ Thomas d'Aquin OSB











English

Dear friends and benefactors,

Through this message, we have reiterated our gratitude to you for the assistance you have continually rendered to our Monastery.

Without your precious help, we could neither maintain our monastic life, nor our apostolate, nor our school.

It is thanks to your fervent prayers for us and to your generous donations that our Monastery has been sustained.

Always confident in your charity, we take the opportunity to ask for your help again in this moment of economic difficulty that we have been through.

May Our Lady of Fatima, in this centenary of her apparitions, reward you abundantly.


God bless you!



"Whatever you do to the least of my brothers, it is to Me that you do it" (St. Matthew XXV, 40)
+ Thomas Aquinas OSB



HERE'S HOW TO HELP US:



Mosteiro da Santa Cruz - Nova Friburgo/RJ - Brasil
U.I.O.G.D.

Croisade de la Charité

En ce mois d'août, période de vacances, notre croisade a, malheureusement, pris un peu de retard; mais notre zèle à pratiquer l'indulgence vis-à-vis des pécheurs en sera d'autant plus motivé !

lundi 7 août 2017

JEU DE L’OIE (suite)


Mgr Fellay, dans sa petite allocution après les ordinations, a annoncé aux fidèles que les pourparlers avec Rome étaient revenus au point "zéro". Un peu comme le jeu de l'oie, ironisait-il ! Si retour il y avait réellement eu et si cette horrible tragédie (dans laquelle Mgr Fellay fourvoie actuellement de bonnes âmes laïques ou sacerdotales) était bien réelle, voilà à quoi reviendrait la situation de la tradition :

JEU DE L’OIE (suite)

Retour à la case départ

1 - la FSSPX revient à la « suppléance de juridiction » pour tous les sacrements, et restitue à la Rome conciliaire la « juridiction ordinaire » reçue en septembre 2015.

2 - Mgr Fellay annule les remerciements adressés au pape François pour ses gestes « paternels » et sa « sollicitude pastorale » envers la Fraternité.

3- Il s’engage à ce que tout nouveau « palier» dans le cheminement menant à sa Prélature personnelle soit annoncé et commenté dans un message de la Maison Générale précisant le nombre de pas en arrière (= protestations solennelles de fidélité à l’héritage de Mgr Lefebvre) et le nombre de pas en avant (= concessions discrètes à la Rome moderniste en vue de la « pleine réconciliation » annoncée depuis 2014).

4- Il prend la ferme résolution (avec le secours de...etc.) de ne plus manquer de réunir un Chapitre Extraordinaire avant toute nouvelle normalisation canonique de la Fraternité (comme cela lui avait été prescrit en 2012, et qu’il a omis de faire à trois reprises lorsqu’il a accepté la juridiction pour les sacrements).

Chiche !
Leridicultu